Aulnoy lez Valenciennes Parti Socialiste
Aulnoy lez Valenciennes Parti Socialiste

Greenpeace dévoile les dessous du Tafta(à)

Le par

greenpeaceLe Tafta supprimerait les barrières commerciales et règlementaires  entre l’Union européenne et les Etats-Unis.

L’ONG publie des documents sur ce traité qui, selon elle, présente des menaces sérieuses pour la santé publique et l’environnement.

Greenpeace frappe un grand coup.

 L’ONG de protection de l’environnement a publié ce lundi 248 pages de documents confidentiels sur le projet d’accord de libre-échange commercial Tafta, assurant que ces pages « confirment les menaces sur la santé, l’environnement et le climat ».

Selon Greenpeace Pays-Bas, qui s’est procuré les documents (voir ci-dessous), ceux-ci représentent les deux-tiers du texte du traité à l’ouverture en avril du 13e cycle de négociation et recouvrent treize chapitres du traité.

Selon « Le Monde », « cette série de documents confirme à quel point la discussion est déséquilibrée et peu avancée.

 Les Européens sont plus impliqués, plus intéressés à la négociation, ils ont produit davantage de propositions, veulent notamment obtenir un accès plus grand aux marchés publics américains, la reconnaissance de leurs indications géographiques et appellations d’origine (comme le parmesan ou le chablis), et une harmonisation la plus poussée possible des standards industriels (automobile, cosmétique…) ».

 Alors que « de leur côté, les Américains restent campés sur leurs positions, peu enthousiastes. Ils n’ont pas encore produit de proposition sur plusieurs chapitres de la négociation », explique le quotidien.

« Ces documents confirment ce que nous disons depuis longtemps », assure le directeur de l’unité européenne de Greenpeace, Jorgo Riss, cité dans un communiqué : « ce traité mettrait les intérêts des grandes entreprises au centre du processus de décision politique et législatif au détriment des enjeux environnementaux ou de santé publique ».

« Malentendus »

La Commission européenne a regretté lundi des « malentendus » après la fuite de ces documents et assuré que l’UE n’accepterait « jamais » d’abaisser son niveau de protection des consommateurs ou de l’environnement

« Aucun accord commercial de l’UE n’abaissera jamais notre niveau de protection des consommateurs, de sécurité alimentaire ou de protection de l’environnement », a affirmé la commissaire au Commerce Cecilia Malmström. « Les accords commerciaux ne changeront pas nos lois sur les OGM ou sur la façon de produire de la viande de bœuf en toute sécurité, ou sur la façon de protéger  l’environnement »

« Je ne suis pas de celles qui vont abaisser les normes », a-t-elle ajouté, soulignant que les documents publiés lundi « ne traduisent pas ce qui résultera de la négociation » en cours et regrettant donc « un certain nombre de malentendus ».

« Ils reflètent les positions de négociation de chaque partie, rien d’autre », estime au contraire Malstrom. « Et ce n’est une surprise pour personne qu’il y a des domaines où l’UE et les Etats-Unis ont des points de vue différents ». « Dans certains domaines, où nous sommes encore trop éloignés les uns des autres dans la négociation,, il n’y aura tout simplement pas d’accord », a-t-elle encore déclaré.

Et de marteler : « Un accord de l’UE ne peut changer la législation que pour la renforcer. Nous pouvons tomber d’accord avec un partenaire pour renforcer par rapport à auparavant les règles entourant la sécurité des médicaments, par exemple, mais pas pour les affaiblir ».

Supprimer les barrières commerciales

Depuis mi-2013, les Etats-Unis et l’Union européenne tentent de parvenir à un accord qui supprimerait les barrières commerciales et règlementaires mais qui rencontre des résistances croissantes dans la société civile et auprès des dirigeants politiques.Sur la base des documents, Greenpeace Europe assure que le texte prévoit la suppression d’une règle permettant aux nations de « réguler le commerce » pour « protéger la vie, la santé des humains, des animaux et des plantes ».

Le commerce ne serait, de plus, pas soumis à des objectifs de réduction des émissions de CO2 et le « principe de précaution » est oublié, assure l’ONG.

Résistances croissantes

Ce principe permet d’empêcher la distribution ou de retirer du marché des produits susceptibles d’être dangereux, même dans le cas où les données scientifiques ne permettent pas une évaluation complète du risque. En publiant ces documents, Greenpeace espère permettre « enfin à des millions de citoyens de mieux comprendre ce qui se négocie en leur nom », selon la même source.

Après le cycle de discussions d’avril, les négociateurs américains et européens avaient affirmé qu’un « important travail » et des « concessions » étaient nécessaires afin de boucler l’accord en 2016, comme le souhaite le président américain Barack Obama. Certains pays européens affichent de plus en plus leur scepticisme, en Allemagne et de plus en plus en France , et de moins en moins de monde y semble favorable des deux côtés de l’océan.

Source « Les Echos »dévoilée Passablement aérée par HC

Sur le même thème, lire aussi :

Avec ou sans François Hollande, Jean-Christophe Cambadélis souhaite une primaire au Parti socialiste en vue de la présidentielle de 2017. Le premier secrétaire du PS doit proposer, samedi 18 juin,
Le par
L'Insee a prédit, jeudi 16 juin, une accélération de la croissance en France en 2016, qui devrait atteindre 1,6% après s'être établie à 1,2% en 2015. Le produit intérieur brut
Le par

Les derniers contenus multimédias